Inspiration

L’Éloge de la paresse

Selon des études, plusieurs personnes disent qu’elles connaissent le bonheur depuis qu’elles ont atteint l’âge de 60 ans ! C’est aussi vrai pour moi ! Allez donc savoir pourquoi ? En ce qui me concerne, j’ai ma petite idée pour l’expliquer ! C’est simple, la fille travaillante et infatigable que j’étais, est devenue une vraie paresseuse ! 

J’ai  même découvert que la plus belle activité pour moi en ce moment consiste à ne rien faire !  M’asseoir, contempler la nouvelle pousse de mon orchidée, jaser au téléphone de tout et de rien, prendre le temps de boire un verre d’eau, écouter un bout d’émission à la télé, faire une sieste avant le diner ! Un observateur près de moi conclurait probablement que je perds mon temps ! Pourtant, moi, j’aime ma vie comme jamais auparavant !

Non que je manque à mes obligations ou que je sois devenue irresponsable … Je choisis d’emblée la paresse et le plaisir avant tout ! Je préfère me demander ‘’Qu’est-ce que j’ai envie de faire’’ au lieu de me dire ‘’Qu’est-ce qu’il faut que je fasse ?’’

Pendant longtemps paresse a été pour moi synonyme d’oisiveté, de léthargie ou de complaisance.  Aujourd’hui  elle prend le sens de repos et de  recul, et étonnamment, elle me permet de  découvrir qui je suis devenue après toutes ces années, active à plein temps sur le marché du travail.  Je réalise que mes préoccupations sont différentes, que plusieurs de mes intérêts ont changé, et que surtout, je ne porte plus les mêmes conclusions d’avant aux événements.  Je crois que je ne suis plus l’esclave de la performance. Je préfère de loin écouter mon rythme. Je me choisis avant d’agir sur ce qui doit être fait.  Je vois différemment les gens qui m’entourent et sur la vie au-delà de la carrière !

On dirait que je prends maintenant le temps de vivre !

J’aime penser que me redécouvrir prend le chemin de la paresse et je me dis que je suis comme les saisons. Alors que je me croyais à l’automne de ma vie, cette pause paresseuse représente un hiver duquel je renaitrai possiblement en étant encore plus moi-même, selon une toute nouvelle essence ou au mieux, au meilleur de qui je suis maintenant.        

Qui aurait dit que la paresse était porteuse à ce point de bonnes nouvelles. Habituée à opposer vaillance à paresse, énergie à oisiveté et même effort à facilité, je m’amuse à imaginer une vie guidée par une paresse vaillante, une oisiveté énergique et un choix délibéré de facilité.   Oups ! La paresse rendrait-elle créatif ?  

 Jocelyne Bélanger

Avez-vous des questions ? nous avons des idées ...

nos ARTICLES récents

Trouver pour chacun...

Trouver pour chacun...

Lire la suite
Après la préparation,

Après la préparation,

Lire la suite
Message pour vous de mon médecin de famille

Message pour vous de mon médecin de famille

Lire la suite
Osez développer votre créativité à l'âge de la retraite

Osez développer votre créativité à l'âge de la retraite

Lire la suite