Prendre soin de soi

Après la préparation,

vient l'adaptation à la retraite

Daniel Ducharme a eu beau suivre les bons cours de préparation à la retraite mis à sa disposition par son employeur, il a quand même dû passer à travers l’adaptation pour réussir à profiter à sa retraite ! Voici son expérience :  

`` Après 35 ans de service, j’avais très hâte à ma retraite et je me sentais tellement prêt à vivre ce nouveau chapitre de ma vie. Bien qu’on m’ait prévenu que mieux valait ne pas faire trop de changements dans les premiers temps, j’avoue que je me pensais bon. Notre maison a été mise en vente un mois après le début de ma retraite. Quelques mois plus tard, on a changé de maison et de ville pour diminuer notre hypothèque et se rapprocher du travail de ma conjointe. Je me suis vu enfin disponible pour réaliser mes projets, excité par cette page complètement blanche, fin prêt à jouir de cette nouvelle vie…

Hélas, ça ne s’est pas passé comme prévu !

J’avais ma liste de projets à réaliser : apprendre l’espagnol, suivre des cours de piano, m’amuser  au bricolage, beaucoup lire, voyager avec l’argent économisé sur l’hypothèque. Vendre la maison, en acheter une nouvelle, déménager, vacances d’été, le temps a passé vite. Puis, là, les activités de tous les jours sont devenues moins stimulantes. Mon ex-collègue retraité avec qui j’avais prévu des activités sportives s’est révélé moins disponible que j’aurais pensé.  Pas facile de se trouver quelqu’un d’autre pour remplacer un bon ami. Heureusement, mon frère était là.

Assez vite, je me suis rendu compte que je n’aimais pas rester à la maison même si j’étais occupé. Je me suis mis à angoisser avec la maison elle-même et j’ai ressenti  un sentiment d’anxiété jusqu’alors inconnu, de vide, de perplexité…Pire, j’ai perdu ma joie de vivre ! Ce n’était vraiment pas facile! Au bout de quelques mois,  je me suis résigné à consulter.

Je n’ai pas eu le choix de faire le point; de me questionner sur moi, sur mes goûts, sur mes peurs. J’ai appris avec surprise que de profiter seul de mon temps libre me donnait un sentiment de culpabilité face à ma retraite dorée quant à ma conjointe qui n’a pas eu les mêmes chances que moi sur ce plan ( et qui doit continuer de travailler à plein temps). Qui aurait dit que je devrais faire face à cela ?  J’ai même pensé retourner dans un emploi à temps plein pour l’attendre et le moment venu, partir ensemble à la retraite.  Ce qui, je l’avoue, a peu d’intérêt pour moi.

J’ai donc compris que j’avais peut-être surestimé mes capacités d’adaptation et que mieux valait procéder étape par étape. C’est ce que j’ai fait. Toutes ces prises de conscience m’étaient impossibles à faire lors de ma préparation à la retraite. Il fallait que je sois ‘’dedans’’ pour les vivre vraiment.  Avant, je m’étais projeté dans un monde idéal et irréaliste.

Heureusement, tout reprend sa place lentement.
 
J’ai fait la liste de mes besoins importants présentement : Relever des défis, me sentir stimulé, motivé, utile, apprendre des choses nouvelles, rencontrer des personnes inspirantes, sentir qu’on a besoin de moi, rendre possible de faire des voyages.

C’est ce qui m’a poussé à accepter un petit boulot.  Moi qui adore faire du vélo, je fais l’assemblage de vélos neufs dans une boutique où le sympathique proprio s’est entouré d’une équipe relaxe, agréable à côtoyer. Ceci m’occupe deux jours semaine, jamais les week-ends, ce qui me laisse disponible pour plein d’autres choses dont le ski ou le vélo selon la saison.

Je suis aussi un cours sur ‘’Comment partir sa propre entreprise’’.  Très intéressant pour l’instant, je me laisse la liberté de voir en quelle mesure avoir mon entreprise serait une avenue pour moi. Je verrai …``

Après un an à la retraite, quand je demande à Daniel sa définition de la retraite, il me dit :

‘’C’est une deuxième vie dans la vie…C’est une chance, un deuxième départ pour faire ce que l’on veut.

Le début de ma retraite a été comme un miroir qui reflète la personne que je suis devenue après toutes ces années de travail avec mes besoins, mes aspirations, mes  bibittes. Si c’était à refaire, plutôt que de me  projeter trop d’avance avec de grosses attentes idéalisées, je prendrais le temps. D’abord de faire le point, de me questionner, d’explorer et surtout de vivre au présent, au jour le jour pour mettre en place les ingrédients qui composeront ma vie dorénavant. Oui, me préparer avant ma retraite, et  continuer de le faire après. ``

Dit en mes mots, la retraite idéale de Daniel semble se bâtir au jour le jour et s’ériger au fil du temps. D’où l’importance de la partir sur de bonnes bases. 

Je crois que cette notion que la retraite est une deuxième vie dans la vie me rejoint bien ! Personnellement, j’ai passé ma première année de retraite allongée et au repos, à apprendre à écouter mes limites pour lesquelles j’avais été tellement sourde.  Et vous, avez-vous l'impression d'y être adaptés à cette retraite ?

Si vous voulez de l'aide, référez-vous à nos vidéos-formation en ligne...ils sont efficaces !

Communiquez- nous votre adaptation à la retraite et dites-nous quels moyens vous ont été les plus utiles en écrivant à info@retraiteacademie.ca   

Merci Daniel

Jocelyne Bélanger

Avez-vous des questions ? nous avons des idées ...

nos ARTICLES récents

Trouver pour chacun...

Trouver pour chacun...

Lire la suite
Message pour vous de mon médecin de famille

Message pour vous de mon médecin de famille

Lire la suite
Osez développer votre créativité à l'âge de la retraite

Osez développer votre créativité à l'âge de la retraite

Lire la suite
Jeanne-Mance Laplante

Jeanne-Mance Laplante

Lire la suite